AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Envie de filer un petit coup de pouce à TIA ? (xtd) (xtd) (xtd)
N'hésitez pas à remonter nos sujets ici PUB PARTY ou à voter pour nous sur le top-site
Merci <3 

Et un nouveau design /css + la maj des SIX MOIS
Des animations ont été mises en place pour fêter l'occasion, par là ! Toutes questions et avis, c'est par ici.
Vous voulez rester parmi nous ? Pensez à recenser vos personnages dans ce sujet.
ELEONORE ET SHOSHANNA, MEMBRES DU MOIS ! Bonne lecture et have fun <3

L'intrigue est lancée alors on met ses plus beaux atouts en valeur et on file au Bradburys
Envie de vous tenir au courant de ce qui se passe sous le soleil de Jeffreys Bay ? Le journal, c'est par
Merci de penser aux saturday night (clients permanents ou temporaires), métiers de l'hôtellerie & autres. <3
Design en cours

Partagez | 
 

 Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kate Sheppard
Membre this is africa

❖ AGE : 21 ans
❖ ORIGINES : Sud-Africaine
❖ JOB : Etudiante en biologie et serveuse au San Marco
❖ STATUT : Célibataire

❖ AGE : 26
❖ MESSAGES : 225
❖ À J-BAY DEPUIS : 07/01/2014
❖ CRÉDITS : MYRTILLE.
❖ DC : Hayden le boiteux
❖ POINTS : 35

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   Ven 28 Fév - 20:50


Le dernier sourire accordé, je saluais mes collègues de travail. Il était assez tard, mais pour moi la journée s'achevait. Il faut dire que le boulot de serveuse n'était pas celui qui avait les horaires les plus faciles du monde. Mais c'était une des rares choses qui me permettait de concilier salaire et études. Bien sûr j'avais plusieurs bourses qui me permettaient de tenir le coup, le travail que j'effectuais à mi-temps au San Marco me permettait d'arrondir les fins de moi, m'acheter quelques vêtements et tout. Puis il fallait dire aussi que vivre en collocation un gros plus, bien que mon cher Cameron était tout sauf la personne la plus agréable à fréquenter, surtout quand monsieur avait décidé de ronchonner. Mais je faisais avec, dans le fond ma vie n'était pas si désagréable que ça. Il était clair que depuis quelques années déjà, j'avais connu quelques changement radicaux, les choses avaient été compliquées définitivement. A 18 ans se retrouver toute seule de force... certes j'avais été aidé mais j'avais fini par voler de mes propres ailes et maintenant je pouvais être être relativement fière de moi.

Mais on dit que le bonheur n'était jamais fait pour durer et la vie état loin d'être un long fleuve tranquille. Je savais qu'IL était sorti et cette simple idée m'avait complètement tétanisée. Je frissonnais encore quand j'avais eu un appel pour me prévenir que le temps mon père avait fini son temps d'incarcération. Il ne devait pas m'approcher, c'était une décision du tribunal, mais malgré cela j'avais quand même peur. Nous étions sortie d'un enfer après le jour de l'an et j'en entrais dans une autre galère. Je n'en avais pas parlé à Aileen, elle avait bien d'autres préoccupations, comme s'occuper d'Hayden et Nate... Nate lui avait retrouvé Amy. Bref je ne pouvais pas me permettre de rompre tant de retrouvailles ou de déranger les petites infirmières pendant qu'elles s'occupaient de leur bien-aimés. J'avais décidé de porter mon fardeau seule, je me disais que tout se passerai bien, qu'il n'y avait pas de quoi s'inquiéter, qu'IL ne ferait pas de bêtises. Mais pourtant j'avais peur, quand je rentrais chez moi je vérifiais toujours dessus mon épaule. Peut-être était-ce juste la paranoïa mais j'avais l'impression d'être suivie constamment, je ne me sentais en sécurité qu'une fois passée la porte de mon appartement.

Ma veste sur les épaules et mon sac mis en place, je passais le hall le saluant les dernières personnes qui allaient travailler cette nuit au bon confort de nos clients. Mais une fois devant la porte, je fus complètement incapable de la passer. Pourquoi ? J'avais vu une ombre dehors. Une ombre proch de ma voiture. C'était probablement mon imagination, je me faisais du soucis pour rien, vraiment trop. Mais à peine avais-je aperçu cette silhouette que mon cœur se mit à battre la chamade et ma respiration se fit courte. J'étais en alerte, j'essayais de voir du mieux que je pouvais, mais au fon de moi je savais qu'il était revenu.... pour qu'elles raisons, je l'ignorais et je n'avais pas très envie e savoir. La simple pensée de mon père suffisait à me rendre malade et angoissée, alors le revoir je ne l'imaginais même pas dans mes pires cauchemars. Je restais de ce côté de la porte, tétanisée, terrorisée comme la gamine que j'avais pu être. J'étais tellement stressée que quand je sentis une main se poser sur mon épaule je sursautai et poussai un léger cri. Je mis mes bras devant mon visage comme pour me protéger. Pourquoi avais-je cette impression que c'était mon géniteur qui m'agressait ? En entendant mon prénom, je me rendis compte que je m'étais fait trop de films. En ouvrant les yeux je pus voir Tobias. J'avais honte définitivement, personne ne m'avait vu dans un tel état de faiblesse. Quelques secondes pour reprendre contenance et je lui souris l'air de rien. Ah salut Tobias ! Tu quittes ton poste ? Je fis mine chercher mes clés dans mon sac à main. Jo'sais juste espérer qu'il n'allait pas poser de questions par rapport à ce qui venait de se passer. Mais n'importe quelle personne un temps soit peu observatrice aurait su qu'il se passait quelque chose... Depuis quelques jours, je ne pouvais pas quitter l'hôtel sans avoir la même peur au ventre. C'était le même rituel, j'avais peur de passer cette porte, je stressais, j’étais effrayée. Mais voilà c'était à moi de tenir ce fardeau et à personne d'autre. Je ressortis mes clés avec un air victorieuse, jouer la comédie avait toujours été mon fort après tout. Ah trouvées. Mon sac est définitivement trop grand j'y perds tout.



You keep hauting me
I need someone
To protect me from your madness


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tobias Lamb
Membre this is africa

❖ AGE : 41 ans
❖ JOB : Chef de la sécurité
❖ STATUT : Célibataire

❖ MESSAGES : 271
❖ À J-BAY DEPUIS : 17/01/2014
❖ CRÉDITS : yourdesigndiary
❖ DC : Nathan Dewitt, Thane Breyten
❖ POINTS : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   Mar 4 Mar - 0:14

Travailler dans l'hôtel offrait une bonne couverture à Tobias. Non pas qu'il en ait vraiment besoin. Ce n'était pas un criminel, juste un mercenaire un peu détective voulant attraper l'homme qui a tué sa femme. Faire croire qu'il était vraiment un agent de sécurité peut toujours faire croire à ce fameux tueur qu'il ne s'occupe plus de lui. De toute manière, il lui faut bien gagner de l'argent pour survivre et payer les informateurs. D'un autre côté, avoir ce boulot lui permettait de s'aérer un peu la tête et d'oublier un peu sa triste histoire. Penser à sa défunte femme tous les jours n'était absolument pas sain pour lui. Cela faisait déjà six ans et il serait temps qu'il tourne la page. Sauf qu'il a juré de se venger et du moment que ce n'est pas fait, il ne voit pas comment avancer. Comme chaque soir, il fit un tour de l'hôtel, mais il n'y avait absolument rien à signaler. Les soirs sont toujours calmes dans le coin sauf celui du jour de l'an où il n'était pas de service. Ce fut une terrible histoire. L'hôtel avait été attaqué par des braqueurs et il y avait eu plusieurs blessés. Tobias aurait bien voulu être là ce jour-là pour les aider. Un ancien membre du SEK aurait été utile. Mais on ne peut pas toujours être au bon moment au bon endroit.

En passant par la salle de sécurité, il regarda les caméras et se rendit compte que sa journée était presque terminée. Décidément, les jours passent à une allure folle. Son collègue entra dans la pièce, c'était le top départ pour indiquer qu'il pouvait redevenir un citoyen normal et rentrer chez lui. Quittant la pièce, il alla dans les vestiaires du personnel et se changea. D'un costard bien habillé, il passa à un jean et un t-shirt. C'était une tenue plutôt décontracte et c'était très bien pour passer partout de manière presque inaperçue. A l'arrière de son pantalon, il glissa son arme personnelle qui ne le quittait jamais. De toute manière, on ne pouvait rien lui dire, il avait un permis de port d'arme. Tobi sait s'en servir à la perfection, c'est ça d'avoir fait partie de l'unité d'élite d'intervention Allemande pendant plusieurs années. Une fois prêt, il passa dans le hall pour sortir ou il retrouva Kate qui était de dos est immobile. Doucement, sans la moindre envie de lui faire peur, il posa sa main sur son épaule tout en l'interpellant. La pauvre se mit à hurler ce qui le fit reculer d'un pas un peu surpris. Ce n'était pas prévu de lui faire une peur bleue. La jeune femme finit par se tourner vers lui et lui parler. "Oui, je rentre chez moi ! Désolé de t'avoir fait peur, c'était pas mon intention." Ses mains posées sur ses hanches, il regarda le parking désert puis le ciel noir parsemé de quelques étoiles. "Tu veux que je te ramène ?" demanda-t-il juste avant qu'elle ne sorte ces clefs du fin fond de son sac. Ah ben visiblement, il n'a pas besoin de jouer les taxis."Tu devrais envisager de te servir uniquement de tes poches, comme moi ! Tu verras, ça t'évites de perdre tes clefs..." En parlant de clef... il fouilla dans ses poches sans les trouver. Il se mit à tapoter son corps espérant tomber sur le fameux trousseau, se fut sans grande réussite. "Mince ! Je les ai oubliés au PC sécurité !" s'exclama-t-il en se revoyant sortir les clefs et les poser sur le bureau. "Je vais aller les chercher. Passe une bonne soirée, rentre bien Kate !" Un sourire s'afficha sur son visage et il fit demi-tour pour entrer dans l'hôtel et chercher les clefs.


Destroya
You don't believe in God, I don't believe in luck, they don't believe in us. But I believe we're the enemy ! You don't believe in God, I don't believe in luck. They don't believe in us. But I believe we're the enemy ! My chemical Romance - Destroya
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kate Sheppard
Membre this is africa

❖ AGE : 21 ans
❖ ORIGINES : Sud-Africaine
❖ JOB : Etudiante en biologie et serveuse au San Marco
❖ STATUT : Célibataire

❖ AGE : 26
❖ MESSAGES : 225
❖ À J-BAY DEPUIS : 07/01/2014
❖ CRÉDITS : MYRTILLE.
❖ DC : Hayden le boiteux
❖ POINTS : 35

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   Mar 1 Avr - 21:19


Qu'est-ce que je pouvais me sentir stupide à avoir crié juste à cause d'une main sur mon épaule. J'étais vraiment beaucoup trop tracassée et surtout stressée. Il fallait dire qu'entre les suites du jour de l'an et la nouvelle que j'avais reçu très récemment. Mais j'essayais de faire comme si de rien n'était, sauf quand des hommes arrivaient par derrière sans prévenir. J'avais beau être un ninja avec une louche, j'avais mes limites, surtout quand il s'agissait de l'ombre de mon géniteur. Je souris quand il s'excusa, histoire de sauver les apparences en quelques sortes. Après tout j'avais du avoir l'air d'une folle à hurler simplement parce qu'il m’avait frôler mon épaule de sa main. Ce n'est pas de ta faute. Je suis juste une peu stressée en ce moment. Quoi ? Non mais qu'est-ce que tu viens de dire Kate ? C'était pas du tout ça la phrase à dire. Je devais trouver un truc, assez rapidement en fait. Oui, avec cette histoire du jour de l'an, j'étais de service. Voilà qui ferait l'affaire. C'était parfaitement crédible. En plus, c'était en partie donc on ne pouvait pas vraiment qualifier ça de mensonge. Au moins personne ne saurait. Après tout j'avais caché ça même à mes amis proches, ça n'allait pas sortir comme ça... et ce même si Tobia devait être une personne très bien, je n'en doutais pas une seconde.

Merci pour la proposition, je m'en souviendrai si j'ai besoin d'un taxi. Sauf si tu fais payer trop cher. J'haussai les épaules quand il me conseilla d'utiliser mes poches. Pour la gente masculine c'était logique, mais pour une avoir des gros tas dans les poches, c'était disgracieux. Après tout on n'avait pas inventé le sac à main pour rien. De toute façon, le sexe masculin n'ont jamais eu le sens pratique des choses. Mettre tout dans les poches, c'était la solution miracle. Le jour où l'on arrivera à faire tenir des objets dans les poches sans que cela soit affreux à regarder. En tout cas, le donneur de leçon ne suivait pas ses propres conseils. Je me mis les mains sur les hanches et annonça avec un léger rire. Tu devrais envisager de te servir de tes poches. Je lui accordai un clin d’œil en riant légèrement. Passe une bonne soirée Tobias. Je le regardais s'éloigner, en poussant un soupire. Assez rapidement, je me sentais à nouveau stressée. L'air de rien, cette petite discussion m'avait détendue, j'étais arrivée à penser à autre chose pendant quelques instants. Mais voilà, seule face à la solitude.

Bon allez je devais prendre mon courage à deux mains. Je pris une grande inspiration et je sortais à l'extérieur. Je pressai le pas, sans me retourner en gardant mes clés dans ma main, histoire d'être prête à démarrer en cas de besoin. Mais voilà, je n'eus même pas le temps d'ouvrir la portière que je remarquai que les pneus de ma voiture. Eh... fichtre. Je rentrai à nouveau dans le hall de l’hôtel, et au pas de course. Effrayée ? Complètement. Bien sûr, que vous vouliez vous que je pense ? Mon taré de père sort de prison, j'avais l'impression qu'on me suivait et maintenant, on me crevait les pneus de ma voiture. Ce n'était pas un signe ça ? Non il ne fallait pas virer à la paranoïa... Bon ok, c'était franchement compliqué. Dans le fond ce n'était qu'un hasard... N'est-ce pas ? Je frottai mes mains sur mes épaules... Je frissonnai, bon sang de bois. J'attendais patiemment le retour de Tobias. Quand il arriva, je lui souris avec un air gêné. La proposition du taxi est-elle toujours d'actualité ? Un petite plaisantin a décidé de faire une mauvaise blague aux pneus de ma voiture. Je mis mes mains en prière pour lui demander très gentiment. Bon en tout cas, je n'avais pas crié, ni eu de réactions bizarres. Discrètement je jetai un regard à l'extérieur pour me rassurer. Il n'y avait personne, il n'y avait personne. IL n'était pas là. J'essayais de me le répéter pour ne pas paniquer. Mon regard se reposa sur Tobias et je finis par lui avouer. C'est la première fois que j'aurai un garde du corps. Je vais me sentir comme une star.

(hrp: désolée pour le temps et la qualité du machin >3<)



You keep hauting me
I need someone
To protect me from your madness


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tobias Lamb
Membre this is africa

❖ AGE : 41 ans
❖ JOB : Chef de la sécurité
❖ STATUT : Célibataire

❖ MESSAGES : 271
❖ À J-BAY DEPUIS : 17/01/2014
❖ CRÉDITS : yourdesigndiary
❖ DC : Nathan Dewitt, Thane Breyten
❖ POINTS : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   Lun 21 Avr - 21:28

L'agent de sécurité se retrouva désolé d'avoir effrayé la jeune femme. Ceci pouvait se comprendre avec les derniers évènements. Ça se voyait bien à l'hôtel, tout le monde était encore à cran et stressé. Il suffisait d'un bruit étrange pour qu'un agent de sécurité soit appelé ou qu'un employé appel la police dès qu'il trouve quelqu'un de louche. Kate était là, le soir ou le carnage a eu lieu. Des fois, il se dit que s'il avait été présent, il aurait peut-être pu faire quelques choses. Après tout c'est un ancien du SEK, ses compétences auraient été plus qu'utile, mais sans une unité entrainé comme lui et habitué à ce genre de mission, il n'aurait surement rien fait de bien. Finalement, c'était peut-être mieux qu'il n'ait pas été de service ce soir-là, ainsi, il n'a pas mis la vie des clients et des employés en danger de manière inutile. Il jugea que ce n'était pas nécessaire de continuer à parler de ça et n'ajouta donc rien hormis un petit sourire compatissant enchainant sur le fait qu'il pouvait la ramener si elle voulait. Kate indiqua qu'elle avait sa voiture mais qu'elle s'en souviendrait si un jour elle avait besoin. "Oh t'inquiète pas ! Si c'est toi je te ferai un bon prix !" confia-t-il avec un petit clin d'oeil pour rester dans la plaisanterie. Tobias dû rentrer dans l'hôtel pour retourner chercher ses clefs qu'il avait maladroitement oublié au PC de sécurité avant de partir. La jeune femme lui fit remarquer qu'il avait des poches, histoire de rebondir sur ce qu'il avait dit juste avant à ce sujet. Il les leva la paume des mains vers le ciel tout en haussant des épaules. Personne n'est infaillible, n'est-ce pas ! D'un pas rapide, il retourna dans le lieu où il pensait avoir oublié ses clefs de voiture. Son collègue le regard avec un air interrogateur en le voyant entrer. Rapidement, il expliqua qu'il avait simplement oublié ses clefs et qu'elles lui seraient plutôt utiles s'il compte ouvrir son véhicule pour rentrer chez lui.

Tranquillement, il retourna dans le hall et fut étonné de voir que Kate était toujours là. Tobias arqua un sourcil interrogateur en le voyant approcher. Elle expliqua que sa voiture avait un petit souci, des pneus crevés. Arf, ce n’était vraiment pas très cool ça. "Aucun souci ! Je peux regarder ta voiture avant de partir ? C'est juste un pneu ou les quatre ?" demanda-t-il tel un policier en plein investigation. Si c'était les quatre et que cela c'était passé sur le parking de l’hôtel, il va falloir chercher qui est le rigolo qui a fait ça. Se serait fâcheux que ça arrive à des clients de l’hôtel ou même à d'autres employés. Sans plus attendre, il se dirigea vers la sortie histoire de tirer cette affaire au clair au plus vite. A la limite, si elle n'a qu'un seul pneu crevé, il peut le changer si elle a une roue de secours. La remarque qu'elle fit au sujet d'avoir un garde du corps le fit sourire. Tobi n'a jamais eu l'impression d'être un garde du corps et il connait encore moins les stars. Mais si ça peut faire plaisir à la demoiselle de penser ça, pourquoi pas. "Attention à ce que tu dis, si jamais je vois un touriste avec un appareil photo, je risque de le prendre pour un paparazzi et lui casser son appareil photo," plaisanta-t-il en imaginant la scène. Ouais, Tobias en garde du corps c'était une mauvaise idée ! Il prendrait son boulot beaucoup trop au sérieux. L'agent de sécurité s’arrêta un instant en pensant qu'il ne connaissait pas la voiture de son amie et qu'il ne savait pas où elle était garée. "Hum... t'es garée où ?"Il laissa la jeune femme le guider vers la voiture afin de découvrir le ou les pneus crevés. En faisant le tour, il remarqua rapidement que les quatre pneus étaient bien à plat, ce qui n'avait rien d'un hasard. Accroupie à côté d'une roue, il regarda le pneu et remarqua une profonde entaille, il fit de même avec les autres roues et constata la même chose. Ceci était donc intentionnel. Son regard alla vers les autres voitures pour voir si c'était le cas aussi, mais les pneus étaient tous intactes. "Tu as une idée de qui aurait pu faire ça ? Un ex petit ami mécontent ? Une fille avec qui tu aurais pu t'embrouiller ?"

(désolé pour le retard, j'ai pas vu la notif ><)



Destroya
You don't believe in God, I don't believe in luck, they don't believe in us. But I believe we're the enemy ! You don't believe in God, I don't believe in luck. They don't believe in us. But I believe we're the enemy ! My chemical Romance - Destroya
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kate Sheppard
Membre this is africa

❖ AGE : 21 ans
❖ ORIGINES : Sud-Africaine
❖ JOB : Etudiante en biologie et serveuse au San Marco
❖ STATUT : Célibataire

❖ AGE : 26
❖ MESSAGES : 225
❖ À J-BAY DEPUIS : 07/01/2014
❖ CRÉDITS : MYRTILLE.
❖ DC : Hayden le boiteux
❖ POINTS : 35

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   Sam 3 Mai - 21:42


Bon ok. Il fallait que je me calme. Même si je devais avouer que dans cette situation, c'était quand même bien compliqué. Entre mon père qui était sorti de prison et ces événements bizarres. Je savais que c'était forcément lui. Il était censé se tenir à l'écart, c'était une décision du juge après tout. Puis il était censé avoir arrêté ces conneries. Enfin, avec les si, on pouvait faire tenir le monde en bouteille. Et vu ce qu'il se passait, mon père était le premier suspect, même si j'essayais de me mentir à moi-même. Enfin dans tous les cas je n'étais pas rassurée. Par chance, le San Marco était plutôt sûr, surtout depuis l'affaire du jour de l'an. Je savais que la sécurité veillait au grain. Puis il y avait Tobias à côté de moi, j'avais un vrai garde du corps.

Oui, bien sûr que tu peux regarder. C'est les quatre pneus qui ont été crevés et il n'y a rien d'autre. D'ailleurs je bénissais qu'on ai pas plus abîmé ma voiture, déjà les quatre pneus allaient me coûter assez cher. Bon ok, ce n'était pas le plus important dans ma situation, mais il fallait bien que j'essaye de penser à autre chose. Je ne pus pas m'empêcher de sourire, j'étais angoissée comme pas possible et pourtant je ne trouvais que faire une blague. Peut-être que c'était l'effet rassurant que Tobias me faisait. Je devais avouer qu'avec lui à côté, je me sentais un peu plus en sécurité et forcément plus détendue. Il me faisait même rire, un jour il faudrait que je pense à le remercier. Sans même le savoir, il était en train de m'aider un peu qu'en me servant de garde du corps ou de taxi. Pas très loin. C'est en marchant à coté de mon collègue de travail que je me rendis compte que je n'en savais pas spécialement sur lui. Son nom, mais je n'avais pas été plus curieuse que ça. Enfin, je savais déjà qu'il était très sympathique de me donner un coup de main. Probablement un type très bien. Discrètement je tournais mon regard vers lui. J'eus un frisson, je posai mes main sur mes bras et frottai. Probablement un brin de vent qui m'avait donner un coup de froid. La voiture n'était pas très loin, il devait bien y avait une vingtaine de place qui nous séparais de l'entrée. Je laissais Tobias faire son expertise tout en gardant mes bras plaqués à mon corps. Je ne savais pas si c'était l'air frais qui me jouait des tours ou simplement l'angoisse. J'eus du mal à déglutir quand il essaya d'en savoir plus sur le coupable de cette affaire. Je savais bien qui c'était. Mais me le faire accepter et l'avouer à quelqu'un s'était bien trop dur. Je restais calme, je ne devais pas montrer ma panique. Je fis un signe négatif de la tête. Non, non. Rien de ça. Après je sais pas un des gars du jour de l'an. Je n'en sais vraiment trop rien. Je me frottais un peu plus les bras, en regardant mon collègue faire le détective autour de ma voiture... et en lui reluquant un peu le derrière aussi. Eh zut, pourquoi je faisais ça maintenant moi ? Le froid avait du m'attaquer le cerveau, il n'y avait pas d'autres explications. Je secouai la tête. Complètement givrée Kate ! Aussi folle que ton père pouvait l'être, à croire que c'était de famille cette connerie. Tu vas me prendre pour une folle, mais je ne me sens pas vraiment en sécurité en ce moment... je crois que quelqu'un me veut du mal. Non, c'était pas ça la phrase à dire. Kate, tais toi. Au et puis zut maintenant que le mal était fait, fallait bien que je rattrape le coup. Je dois vraiment t'ennuyer, après être mon garde-corps, te voilà devenir mon psy. Désolée.



You keep hauting me
I need someone
To protect me from your madness


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tobias Lamb
Membre this is africa

❖ AGE : 41 ans
❖ JOB : Chef de la sécurité
❖ STATUT : Célibataire

❖ MESSAGES : 271
❖ À J-BAY DEPUIS : 17/01/2014
❖ CRÉDITS : yourdesigndiary
❖ DC : Nathan Dewitt, Thane Breyten
❖ POINTS : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   Jeu 8 Mai - 23:08

L'agent de sécurité en bon samaritain voulait tout de même jeter un coup d'oeil des fois qu'il puisse réparer ça. Enfin, pour réparer, il aurait fallu qu'il n'y ait qu'un seul pneu de crevé. Sauf que Kate lui répondit que les quatre pneus étaient malheureusement morts. Le salaud qui a fait ça et vraiment un enfoiré de première qui aime faire chier le monde ou c'est quelqu'un qui n'aime pas la jeune femme. Sincèrement, il se demanda comment on pourrait détester la jeune femme, elle est sympathique et douce comme tout. D'accord, il ne la connait pas super bien, mais elle n'a pas l'air d'être le genre de personne à faire un sale coup. Du coup, il l'asuivi jusqu'à la voiture pour pouvoir constater l'ampleur des dégâts et peut-être également remettre son instinct de flic en éveil afin de trouver un indice qui conduira jusqu'au gars qui a fait ça. Une fois sur les lieux, il se mit à regarder les pneus qui étaient lacérés de plusieurs coups de couteau. En logique, on ne met qu'un coup et c'est bon. Celui qui avait fait ça devait vraiment en vouloir à la jeune femme. Les quatre pneus étaient dans le même état. Tobias se dit que se devait être un couteau de chasse qui avait dû être utilisé, long d'une quinzaine à une vingtaine de centimètres. "C'est vraiment moche !" constata-t-il avec une petite grimace. Kate ne savait pas qui aurait bien pu faire ça. Elle émit l'hypothèse des gars qui ont attaqués l'hôtel, mais ils sont censés être derrière les barreaux et pourtant s'en prendraient-ils à elle plus qu'à un autre. En plus, à la base, ils étaient venus pour les Di Marco, donc ça ne collait pas. Bah, c'était peut-être un mec totalement timbré qui s'en est pris à un véhicule totalement au hasard. "Avant de faire les réparations ou de bouger le véhicule, appel la police pour qu'ils viennent constater les dégâts. Il y a peut-être eu des cas similaires en ville. Tu sais, des mecs qui font des trous dans des roues de voiture, ça s'est déjà vu !" Il se rappela l'époque où il était flic en Allemagne, il y avait eu un mec qui passait son temps à endommager les pneus de voiture. Il avait fallu trois mois pour coincé cet enfoiré. En se relevant pour laisser les pneus tranquilles et la regarder, il constata qu'elle avait l'air totalement frigorifié. Elle aurait dû le dire plus tôt ! Tobias retira sa veste, celle de son costume d'agent de sécurité et la posa sur les épaules de Kate sans même lui laisser le choix."Fallait le dire que tu avais froid, je t'aurai passé ma veste plus tôt." Puis, elle lui raconta qu'elle ne se sentait pas en sécurité. Tobi arqua un sourcil, il voulait comprendre. Bien qu'elle tenta de dédramatiser ce qu'elle avait dit, c'était trop tard. Ses paroles n'étaient pas tombées dans l'oreille d'un sourd. "Qu'est-ce qui te fait dire ça ? Il ne faut pas prendre ça à la légère Kate. Ce genre d'intuition ne vient pas par hasard ! Viens, tu vas m'expliquer tout ça en voiture, je te ramène chez toi !" Sans plus tarder, il l'invita à le suivre de l'autre côté du parking ou son véhicule était garé. Il ouvrit, la laissa monter et ne tarda pas à démarrer, il mit même un peu de chauffage pour qu'elle ait moins froid. "Je te laisse m'indiquer la route !"




Destroya
You don't believe in God, I don't believe in luck, they don't believe in us. But I believe we're the enemy ! You don't believe in God, I don't believe in luck. They don't believe in us. But I believe we're the enemy ! My chemical Romance - Destroya
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kate Sheppard
Membre this is africa

❖ AGE : 21 ans
❖ ORIGINES : Sud-Africaine
❖ JOB : Etudiante en biologie et serveuse au San Marco
❖ STATUT : Célibataire

❖ AGE : 26
❖ MESSAGES : 225
❖ À J-BAY DEPUIS : 07/01/2014
❖ CRÉDITS : MYRTILLE.
❖ DC : Hayden le boiteux
❖ POINTS : 35

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   Dim 18 Mai - 19:40


Tobias ∞ Kate
Fear is how i fall.
Je grimaçai quand il m'annonça que ce que mes pneus avaient subis était plutôt moche. Je savais bien que c'était plutôt une situation de merde. Sans compter qu'en plus ça me coûterai une fortune. Enfin bref j'essayais de ne pas penser trop à ça. Je n'avais pas vraiment besoin d'avoir des problèmes supplémentaires, pas pour le moment. Il me suggéra d'appeler la police. Oui c'était logique, oui j'aurais du le faire mais je ne le ferai pas. En grande partie parce qu'ils arriveraient à faire le lien avec mon père, c'était logique. De toute manière un tas de choses étaient complètement illogiques ces derniers temps. Oui peut-être, j'avoue que ça ne m'étais pas venu à l'esprit. Merci du conseil. Oui mais voilà, c'était mon père. Malgré tout ce qu'il s'était passé, j'avais du mal agir. Non, je ne pouvais pas qualifier mes réactions, je ne pouvais pas les comprendre. Ça me prenait dans le fond de mes entrailles. Nous avions le même sang, je voulais peut-être me persuader qu'il pouvait changer, que ce n'était pas lui. Sinon ça voulait probablement dire que j'allais finir comme lui.

Je frissonnais en présence de mon collègue de travail. Il fallait dire que je n'avais jamais été aussi proche de lui. Je ne le connaissais pas vraiment dans le fond. Je préférais penser que c'était l'effet de la nuit fraîche, plutôt qu'autre chose. De toute manière, je n'avais pas que ça à penser. Mais quand Tobias vint me poser sa veste sur mes épaules, j'eus un autre frisson. Bon okay, ce type était gentil, il avait ça pour lui. Depuis que je vivais ici – donc depuis toujours - c'était bien la première fois qu'un homme me posait une veste sur les épaules sans essayer de me peloter les seins par la même occasion. Je devais avouer que Tobias avait l'air d'être le genre d'homme à pas être comme les autres. Je le remerciais une nouvelle fois. A croire que j'allais passer ma soirée à faire ça Dans sa veste, je devais avouer que je me sentais terriblement minuscule. Pourtant j'étais d'une taille normale, mais je nageais quand même pas mal. C'était plutôt agréable en fait. Peut-être était-ce cette sensation de « bien-être » – ce qui n'était pas le sentiment en ce moment – qui m'avait poussé involontairement à commencer ma confession. Sauf que voilà, parler de ma situation n'était pas une chose envisageable. Si j'avais voulu en parler à quelqu'un, c'était à Aileen ou bien à Nate, mais pas à Tobias – et ce même si ça avait l'air d'être un gars génial. Je me voyais assez mal lui expliquer pourquoi j'avais aussi peur de mon propre père... Non vraiment sur le coup j'avais vraiment déconner. Je ne pouvais pas me permettre un tel laissé aller. Je me devais de rattraper le coup et éviter d'évoquer mon géniteur. A croire qu'en plus d'être mécano, garde du corps, il était maintenant psychologue. Oui je savais bien que les impressions n'étaient pas là pour rien, que c'était important. C’était bien ça le problème. Quand nous nous dirigeâmes vers sa voiture, je ne pouvais pas m'empêcher de le regarder du coin de l’œil. Je ne pouvais pas m'empêcher de me demander pourquoi il faisait si attention à moi. Dans le fond on se connaissait à peine, alors pourquoi ? Peut-être parce qu'il était juste gentil... à croire que ça arrivait les gens désintéressé. Une fois dans la voiture, je devais bien me lancer pour une confession. J'inspirai un grand coup. En fait pour être franche c'est assez compliqué. Je sentis le chauffage de la voiture me caresser les joues, qu'elle délicate attention. Ce Tobias était vraiment plein de surprises, définitivement. En fait, cette personne je pense la connaître... plus ou moins. Je poussais un long soupir, si seulement j'avais pu lui expliqué la situation. Parler de ma vie, de mon père enfin tout... Mais seulement voilà. Compliqué. Puis il aurait fallut au moins toute la nuit pour le faire. Et puis même je ne pouvais pas. Mon esprit était trop embrouillé de tout manière. Je n'arrivais même pas à enchaîner deux pensées de manière logique. S'il y avait une personne que tu apprécies, mais que celle-ci te veuilles du mal. Tu ferais quoi ? Tout au long de mon discours j'essayais de lui indiquer le chemin. Mais j'étais un peu perdue et sa présence qui était rassurante commençait légèrement à me troubler. Enfin, c'est compliqué... Ce n'est mon ex ou un petit copain, jamais de la vie. C'est juste compliqué. Il fallait vraiment que j'arrête de penser. Mais mettre mon cerveau en mode off était vraiment plus compliqué que ce que je ne pensais. Pourtant Tobias avait l'air sympa, gentil, attentionné, le genre de type compréhensif. Mais je n'y arrivais pas, j'avais cette boule dans le ventre, cette envie irrationnelle de protéger mon père jusqu'au bout et ce malgré toutes les saloperies qu'il m'avait faites. C'était tellement ridicule. Tellement stupide. Je m'en voulais à mort. Il y a juste cette boule dans la gorge qui m'empêche de parler. Je poussai un long soupir, clairement, il allait me prendre pour une cinglée. Dans le fond, j'étais un peu cinglée, ce n'était pas faux, même moi je le pensais. Je posai mes yeux sur mon collègue, je devais avouer que cette soirée avait été utile, elle m'avait permis de fréquenter une personne qui m'était complètement inconnue. C'était bien la preuve que même dans les situations désastreuses, il y avait une légère pointe positive. Sans me rendre compte nous étions arrivés chez moi. Encore une fois merci pour tout ce que t'as fait. Je crois que personne n'a été aussi gentil avec moi. On se revoit au boulot ? Je lui souris légèrement avant de lui poser un baiser sur sa joue pour le saluer. Je sortis de la voiture rapidement en oubliantcomplètement de lui rendre sa veste. Mais sur le coup ça m'était complètement passé à côté.
code by Silver Lungs

[HRP: j'avais pensé finir le rp, ici faire la suite un peu plus tard où elle vient le voir pour lui rendre la veste en question :3]



You keep hauting me
I need someone
To protect me from your madness


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tobias Lamb
Membre this is africa

❖ AGE : 41 ans
❖ JOB : Chef de la sécurité
❖ STATUT : Célibataire

❖ MESSAGES : 271
❖ À J-BAY DEPUIS : 17/01/2014
❖ CRÉDITS : yourdesigndiary
❖ DC : Nathan Dewitt, Thane Breyten
❖ POINTS : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   Jeu 22 Mai - 23:42

Pour ce soir, il n'y avait plus rien à faire pour les pauvres pneus de la voiture de Kate. Lacéré comme ils étaient, elle allait devoir faire remorquer sa voiture jusqu'à un garage et faire changer les pneus. Ceci allait lui couter cher, mais elle n'aurait pas d'autre choix si elle veut pouvoir se servir de son véhicule. Il était vraiment désolé de ce qui lui arrivait, ce n'était vraiment pas de chance. Ça arrive d'avoir un pneu crevé ou que quelqu'un s'en prenne volontairement à l'un d'entre eux, mais les quatre en même temps c'est de l'acharnement ou quelqu'un qui ne l'aime pas du tout. Malgré tout, il ne posa pas plus de questions, elle n'avait pas l'air de savoir qui avait fait ça. C'était peut-être juste un barjo ou un gars qui a trop bu et un méchant coup du hasard. Tobias allait donc la ramener chez elle, il lui indiqua le chemin jusqu'à sa propre voiture -d'ailleurs il vérifia si ces pneus étaient intact- et l'invita à monter. Maintenant, il voulait savoir pourquoi elle disait se sentir menacé en ce moment. Quand on dit ce genre de choses c'est qu'il y a une raison. Quelqu'un voudrait-il s'en prendre elle ? Sincèrement, elle était trop gentille pour faire du mal à quelqu'un alors il se demandait vraiment qui pourrait lui en vouloir à ce point-là. Certes, il ne la connaissait pas super bien. Sauf qu'il suffisait de la voir et de lui parler un peu pour constater qu'elle était adorable. Kate lui expliqua vaguement qu'elle pensait connaitre le coupable. Très bien, mais encore ? Si elle a une idée de qui c'est, elle devrait en parler. C'est là qu'elle lui posa cette drôle de question. Qu'est-ce qu'il ferait si quelqu'un qu'il connaissait et appréciait en avait après lui. Jusque-là, personne de ce type-là ne lui a voulu du mal. Ça doit être ce genre de situation ou du moment qu'on ne l'a pas vécu on ne peut pas savoir. "Eh bien, je sais pas trop. Mais je pense que si je risquais quelque chose, j'agirai en conséquence." Ça c'était bien des paroles de flics, des paroles pas vraiment rationnelles pour une personne qui n'a jamais eu affaire à des criminels. "Ce que je veux dire, c'est qu'il faut en parler à la police pour que ça cesse." Ceci lui faisait penser à femmes battues. Elles vivent avec leur mari qui les battent et pourtant elles ne disent rien. Kate n'en dit pas plus, elle ne pouvait pas parler des détails ou de qui était cette fameuse personne. Il soupira et stoppa sa voiture devant l'habitation de la demoiselle. "Je ne sais pas ce qu'il se passe et je peux comprendre que ce soit dur d'en parler, confia-t-il en se tournant vers elle. "Mais n'attend pas trop. Les gens sont imprévisibles. Si jamais tu as peur ou si tu te sens menacé appel moi tout de suite !" ordonna-t-il en lui donna une petite carte de visite pour qu'elle ait son numéro de téléphone perso."Je ne plaisante pas Kate. Et si tu as peur qu'il m'arrive quelque chose à cause de toi, ne t'en fais pas, je suis un ancien flic." C'était la manière de Tobias de lui expliquer qu'il l'aiderait peu importe la gravité de la situation ou la personne qui lui voulait du mal. Elle finit par déposer un baiser sur sa joue pour lui dire au revoir et elle sortit de la voiture. Un signe de main et il redémarra et rentra chez lui en oubliant sa veste.


[Fin du sujet.
Pour la suite parfait ! Ca me va le "je viens te rendre la veste". On en discute en MP]





Destroya
You don't believe in God, I don't believe in luck, they don't believe in us. But I believe we're the enemy ! You don't believe in God, I don't believe in luck. They don't believe in us. But I believe we're the enemy ! My chemical Romance - Destroya
(c) codage by Nono - Crédit image : tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ghosts are real [..] they live inside us and sometimes they win [pv Tobias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» “Monsters are real, and ghosts are real too. They live inside us, and sometimes, they win.” ▬ Leïla
» Monsters are real, and ghosts are real, too. ▬ jéricho
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♚ This is Africa :: JEFFREY'S BAY :: San Marco Hotel :: Hall-