AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Envie de filer un petit coup de pouce à TIA ? (xtd) (xtd) (xtd)
N'hésitez pas à remonter nos sujets ici PUB PARTY ou à voter pour nous sur le top-site
Merci <3 

Et un nouveau design /css + la maj des SIX MOIS
Des animations ont été mises en place pour fêter l'occasion, par là ! Toutes questions et avis, c'est par ici.
Vous voulez rester parmi nous ? Pensez à recenser vos personnages dans ce sujet.
ELEONORE ET SHOSHANNA, MEMBRES DU MOIS ! Bonne lecture et have fun <3

L'intrigue est lancée alors on met ses plus beaux atouts en valeur et on file au Bradburys
Envie de vous tenir au courant de ce qui se passe sous le soleil de Jeffreys Bay ? Le journal, c'est par
Merci de penser aux saturday night (clients permanents ou temporaires), métiers de l'hôtellerie & autres. <3
Design en cours

Partagez | 
 

 Ouroboros. (Keith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Upton Kadebe
Membre this is africa

❖ AGE : 25 ans
❖ ORIGINES : Sud-Africaine
❖ JOB : Agent de sécurité
❖ STATUT : Célibataire

❖ MESSAGES : 394
❖ À J-BAY DEPUIS : 09/01/2014
❖ CRÉDITS : tumblr + yourdesigndiary
❖ DC : Calliope
❖ POINTS : 60

Voir le profil de l'utilisateur http://thisisafrica.1fr1.net/f87-location-de-upton-kadebe
MessageSujet: Ouroboros. (Keith)   Sam 22 Fév - 16:57

Départ.

Êtres mouvants. Pantins. Acteurs d’une vie qui ne leur ressemble pas. Apparences, masques, vêtements, marionnettes. Tous destinés à se pavaner, selon les codes qu’il choisit. Tous à vomir. Ouvrons-les, ces hommes de bois, ouvrons-les, vous verrez bien qu’ils sont sans cœur. Sans cerveau, sans tripes et sans couilles non plus. Tous justes bons à se cacher derrière une arme, une caméra, des murs.
Paralysie des mentalités.
Frayeurs des riches blancs, pauvreté des noirs désespérés. Nelson Mandela nous as quitté, qu’adviendrait-il de notre situation ? Nous ne sommes rien d’autre qu’un serpent qui se mord la queue, qu’un cycle sans fin, dont les rares changements redistribuent les cartes – mais ce sont toujours les mêmes cartes. A celui qui aura le plus de défenses contre le monde extérieur. Piégés dans le Jumanji de Dieu.
Alors que c’est notre diversité qui fait notre force, il semblerait que nous soyons déterminés à remplir les fonctions, copier les normes, reproduire les mêmes erreurs et de continuer à avancer à l’aveugle. Ce ne sont toujours que des problèmes de riches. Certes, les noirs ont aussi des droits, mais ils n’ont, pour la plupart, toujours pas les moyens d’y prétendre. Apparemment, nous naissons tous égaux. Ah, mais j’aimerais en faire partie, de cette égalité. Consumons nos espoirs. Tuons les rêves, pour ces foutus billets verts. Un jour nous sommes les héros de l’apartheid, un jour la tare des villes, la famine et la violence. Peu importe qu’il n’y ait jamais eu de rois à la tête de ce pays, il y a une hiérarchie sociale dans chaque pays, dans chaque ville, dans chaque quartier, il suffit d’ouvrir ses yeux et on prend conscience de toute cette inégalité devant notre porte. La volonté de changer cette évidence ne suffit pas, et le courage est chose rare.
J’aime croire que je ne fais pas partie de ce système. J’aime croire qu’aucun des clients de l’hôtel n’a jamais pensé être en insécurité avec moi – parfait, mais je pense avoir échoué, au moins une fois. Pas vraiment échoué non plus mais … et bien, ce fut une formidable remise en question.
Un autre départ. Pas un nouveau. Un changement de comportement. Une amorce de pensée.
Car on ne peut le nier, l’équilibre en avait été changé. Nos vies en avaient été changées, l’autre nuit. Auparavant, leurs vies de blancs coincés étaient aussi parfaites et aussi ennuyeuses à mourir que le triangle formé par les boules multicolores sur le tapis couleur billet, immaculé et parfaitement brossé. Maintenant, elle était éparse, bouleversé. Certaines n’allaient pas tarder à se retrouver dans le noir, sous le tapis … Et il n’avait fallu qu’un coup pour y arriver. Un coup de maître. A nous de jouer, maintenant. A eux d’ouvrir les yeux, de réaliser et d’accepter. Mais il fallait être prudent. Observer la disposition des cartes, les identifier, afin de préparer le nouveau coup. Et en relevant la tête, je tombais nez-à-nez (enfin, presque, à quelques mètres de là) avec une carte. Une nouvelle carte, pour le coup. Ou plutôt … Un nouveau joueur.
Je levais une main pour signaler ma présence à Keith, qui ne tarda pas à me repérer. Bien. Voyons ce qu’il a dans le ventre, face à un jeu innocent.



Et rappelez-vous toujours
qu’un sourire coûte
moins cher qu’une balle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ouroboros. (Keith)   Ven 7 Mar - 23:02

Il y a des moments de ma vie que j'ai envie d'oublier. Ces longues nuits d'hiver à NYC à me blottir contre cette connasse ... Je me demande ce qu'elle devient d'ailleurs. Non. Non non non non non. En fait je ne veux pas savoir. Mais ces longues nuits m'ont rendu maussades. Je n'aime pas le froid. Voilà pourquoi je me sens comme un poisson dans l'eau depuis mon arrivé à JBay. De véritables vacances. Enfin ... Presque. Il y avait eu ce soir-là. Comme un retour dans un mauvais film de mon passé. Une soirée avec des armes à feu, de la violence. Est-ce que je suis vraiment bouleversé ? Non. J'ai passé beaucoup de soirées en compagnie d'odeur de poudre, de sang et de cris. Une de plus ne me dérange pas plus que ça. Mais autant ne pas que ça se sache. Les gens n'ont pas confiance dans le genre de mec que je suis. Alors je dois être une autre personne.

Ici, je suis Keith Stowe ! Un touriste américain un peu original. Je suis ici en vacances pour un moment indéterminé. Pourquoi JBay ? Parce que j'aime le chaud ! Et puis les surfeuses ! Bordel ... Même à moi ça ne semble pas crédible. Je me vois encore dans les bras d'une fille. Je ne sais pas vraiment si j'aime encore le contact de la peau des femmes. Bon, je dois avouer que Lexa ne me laisse pas indifférente. Non pas que je compte avoir une aventure avec elle ... Bien que les termes du contrat ne me l'interdisent pas. Mais, en ce moment je me pose pas mal de questions. Sur moi-même. J'essaie d'avoir une véritable identité. Si je mène une vie encore et encore pendant des années, je me demande si j'arriverais à avoir un semblant de vie. Une famille. Quelqu'un à chérir.

Je suis seul à l'hôtel. Je me fais vraiment chier. Totalement et ouvertement chier. Mes séances de cartoons à la bière et aux bains ne m'amusent plus. Je dois passer à un alcool plus fort si je veux oublier qui je suis. Je cours vers le minibar de ma chambre. Vide. Pas étonnant. Je suis certain que je peux avoir toutes les bouteilles que je veux en un rien de temps. Le room-service. Que du bonheur. Pourtant, je pense pas que je vais y avoir recours. J'étouffe un peu ici. Tout me rappel au combien je suis seul. Bien évidemment, il n'est en charge qu'a moi de faire monter du monde dans ma chambre. Pourtant, j'en ai aucune envie. J'aimerais vraiment avoir quelqu'un à ramener, mais non. Je saute dans mon pantalon et me décide enfin à faire quelque chose. Un bar.

Je cherche rapidement sur le site de l'hôtel les bars et café du coin. Un nom ressort. Le Ozone Coffee. Je passe rapidement à la salle de bain. J'ai l'air d'un zombie. Je prends donc une douche et saute dans des vêtements propres. Le mort-vivant à plus l'air d'un vivant mort à présent. J'ai besoin de boire. De boire beaucoup. L'alcool compense beaucoup. Voilà le genre de pensées que j'ai dans le taxi. Il me dépose devant le café. L'ambiance a l'air sympathique. Je rentre sans m'attendre à voir qui que ce soit me connaissant. Instinctivement, je me dirige vers le bar et commande "ce qu'ils ont de plus fort". On me sert rapidement un verre d’absinthe. Mon Dieu ... Ce n'est pas interdit ici . Alors que je vais boire ma première gorgée, j’aperçois une tête connue. Upton. Mon compère de malheur durant cette foutue soirée du nouvel an. Il me fait signe. Et merde. Je n'ai aucune envie de sociabilité ce soir. Pourtant, j'aime bien Upton. C'est un bon gars. Je me décide à le rejoindre donc. Soyons sociable alors ....

Salut Upton, tu bois un verre ? Il a une bière à la main. Je frappe mon verre sur le cul de sa bouteille pour trinquer. Santé ! Je bois mon verre cul sec. J'ai l'impression que ma gorge est en feu. J'essaie de retenir ma grimace sans vraiment réussir. Pourtant, je lève ma main de direction de la serveuse pour attirer son attention. Une fois capter son regard, je pointe mon doigt sur mon verre vide et lui fait un signe pour indiquer deux. Elle me fait un signe approbateur de la tête. Alors ? Tu passes une bonne soirée ? T'es avec des potes ? Des copines ? Tu me présentes ? Qui est-ce que j'essaie de tromper sérieusement ? Bon, lui au moins. Il ne me connait pas accord assez pour deviner mon état d'esprit. Je le fixe avec un sourire même pas crédible. Mon humeur noire et colérique transpire par tout les pores.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upton Kadebe
Membre this is africa

❖ AGE : 25 ans
❖ ORIGINES : Sud-Africaine
❖ JOB : Agent de sécurité
❖ STATUT : Célibataire

❖ MESSAGES : 394
❖ À J-BAY DEPUIS : 09/01/2014
❖ CRÉDITS : tumblr + yourdesigndiary
❖ DC : Calliope
❖ POINTS : 60

Voir le profil de l'utilisateur http://thisisafrica.1fr1.net/f87-location-de-upton-kadebe
MessageSujet: Re: Ouroboros. (Keith)   Ven 14 Mar - 17:26

Installation.

Dans ce bar, il y avait toutes sortes de personnes. Les piliers de bar habituels, quelques jeunes occupés à boire, d’autres moins jeunes, et globalement, que des mecs, avouons-le. Et puis, au milieu de cette bande d’inconnus occupés à claquer leur fric pour quelques boissons, Keith – un verre d’ores-et-déjà à la main. Je lui fis signe (après tout, c’était une tête connue, même si la raison de notre rencontre craint un peu), et après quelques instants, il se fraya un chemin pour venir du côté de la table de billard, où je me tenais. Sa première phrase me fit sourire (mais c’est parce que sa remarque était d’une évidence que ça en était absurde). J’aurais pu lui répondre que non non, je coulais un bronze dans la forêt amazonienne avec un orque, mais je m’en tins au strict minimum – je ne savais pas vraiment s’il aurait apprécié l’humour …
- Comme tu vois. Je levais ma bière, posée en équilibre sur le rebord de la table verte, et trinquais, avant de la reposer. Il vida son verre cul sec. Oui bah chacun son truc, hein. Il avait sûrement des trucs à oublier, ou plus probablement quelqu’un. Enfin, on s’en fiche, et j’allais pas me risquer à lui demander des détails. Il en commanda deux de plus, et je le laissais faire. Ma bière était quand même bien entamée … Pendant ce temps, j’essayais de me reconcentrer sur le jeu en face de moi, essayant de visualiser mon prochain coup. Les boules multicolores parsemaient une bonne moitié de la table de jeu et il faudrait faire attention à … Sauf que Keith me posa des questions et … là encore, sa remarque était plutôt évidente. Mouais. Si ça se trouve ce mec est un simple d’esprit, et puis c’est tout. Heureux les simples d’esprits, hein.
- Non, désolé. Mais vu que t’as l’air bien parti pour rester ici un moment, tu joues ? Je lui désignais les queues posées sur le mur. Et n’attendant pas vraiment un refus de sa part, je me permis d’enchaîner aussitôt. J’viens de commencer, donc c’est ton tour. Tout en disant cela, je vis la serveuse arriver près de nous avec les verres, dans le dos de Keith. Je me décalais légèrement sur le côté pour pouvoir contourner Keith, tout en m’adressant à la serveuse en question. J’m’occupes de ça. Quoi ? Comment ça, je ne lui laissais pas le choix ? Mais c’est faux enfin, on a toujours le choix ! Mentalement, je souriais, un beau sourire d’hypocrite. Le choix. C’est souvent limité quand même. Je mimais un « merci » à l’attention de la serveuse quand je la débarrassais de ses verres et les déposais sur le rebord de la table de billard - qui servait de bar plus qu’autre chose, en fait. Je pris ma bière et vidais ce qu’il en restait, attendant que Keith prenne part au jeu. Et puis, on arriverait bien à finir ces verres (et sûrement leurs petits frères aussi).



Et rappelez-vous toujours
qu’un sourire coûte
moins cher qu’une balle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ouroboros. (Keith)   Sam 29 Mar - 21:23

À la tête d'Upton, je n'avais visiblement pas fait mouche avec mon trait d'humour. Le fait qu'il n'y est pas l'ombre d'une gonzesse dans ce bar en disait long sur le genre de clientèle. Ce n'était manifestement ni un bar branché, ni un bar à cocktails et encore moins un bar gay ! Les piliers de comptoir et les jeunes en mal de sensation faisaient vivre le rade pendant que des clients occasionnels comme moi le font fructifier. C'est certain qu'Upton n'avait pas de copines à me présenter. Et puis je n'ai absolument aucune envie de faire des rencontres. Upton me suffira pour ce soir. Une tête plus ou moins connue. Un mec, un vrai, qui me prendra pas la tête dès mes conneries de problèmes identitaires et de morale. Aux chiottes les problèmes quand on joue au billard complètement ivre.

Mais vu que t’as l’air bien parti pour rester ici un moment, tu joues ? J’viens de commencer, donc c’est ton tour. Il se décale et me laisse passer. Je me fraye un chemin à travers le monde pour attraper une queue de billard. Deux sortes s'offraient à moi. Une courte et une longue. Je vous épargne la blague et je prends la courte avec laquelle je suis plus à l'aise pour jouer. Alors que je me dirige vers la table d'Upton, je rentre accidentellement dans un gars. Je m'excuse d'instinct avant même de voir le mec en question. Puis je lève les yeux. Un grand et gros mec de deux mètres dix avec une barbe de clodo et des tatouages de partout. Biker à première vue. Il n'a pas l'air content ... Je m'esquive avec un faux sourire aimable. Le mec me suis du regard.

Les verres sont apparemment arrivés. Tant mieux. À première vue, dès le premier coup Upton à réussir à rentrer une boule pleine. À moi les rayées. J'observe le jeu un moment. Je repère un coup à faire en une bande. Je frappe. La boule rentre. Je regarde Upton avec un sourire suffisant. J'ai la victoire tellement douce. J'aime gagner, même si ce n'est pas encore fait et puis je ne vais pas non plus faire une montagne d'une victoire au billard. Avant de jouer mon prochain coup, je regarde Upton.Celui qui gagne se fait payer la tournée ? Je joue alors mon prochain coup. Raté. Je m'attaque alors à mon prochain vers en observant Upton. En me posant, j’aperçois le type de tout à l'heure qui ne me lâche pas du regard. Je donne un petit coup à Upton quitte à lui faire louper son coup de queue. Tu connais ce gars là bas ? Je crois qu'il me cherche la merde ... ou il me drague le motard ... dans tous les cas j'ai pas trop envie de m'approcher de ce tas de graisse .... Est-ce que j'ai peur de la confrontation avec ce grand gaillard ? Non. Je sais me battre, ça il y a pas de problème. Est-ce que j'ai envie de me foutre sur la gueule avec ce con ? Pas vraiment. Peut-être que ça me ferait du bien .. Qui sait.

Upton me passe le tour de jeu. J'observe la table. Rien d’évident. Je tire une fois et rentre tout de même une boule, mais la blanche suit. Alors je passe mon tour, c'est à Upton. Je me retiens de soupirer. Mes pensées s'envolent vers mes problèmes. Elle, moi, et mes futurs emmerdes. J'arrive pas à croire que je suis là ce soir. Pourquoi je suis dans un putain de rade à noyer mes problèmes au lieu de les résoudre ?! Simplement parce que je suis lâche et menteur. Soyons réaliste, ce boulot, c'était surtout une excuse pour quitter NYC et oublier cette psychopathe. Le coin est cool et puis on tombe sur des gens sympas. Alex, Lexa, Biram. Maintenant Upton. Profitons de cette fuite vers l'avant. Avant que le passé me rattrape.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upton Kadebe
Membre this is africa

❖ AGE : 25 ans
❖ ORIGINES : Sud-Africaine
❖ JOB : Agent de sécurité
❖ STATUT : Célibataire

❖ MESSAGES : 394
❖ À J-BAY DEPUIS : 09/01/2014
❖ CRÉDITS : tumblr + yourdesigndiary
❖ DC : Calliope
❖ POINTS : 60

Voir le profil de l'utilisateur http://thisisafrica.1fr1.net/f87-location-de-upton-kadebe
MessageSujet: Re: Ouroboros. (Keith)   Sam 5 Avr - 16:14

Bing, bang.

Un billard. De quoi se défouler de manière totalement innocente. Du moins … Beaucoup plus innocente que lors de notre rencontre. On avait mis deux gars armés K.O., donc ce n’était pas une dizaine de boules colorées sur un tapis qui représenteraient un challenge, seulement … C’était une manière comme une autre de s’affronter. Comme les échecs, le billard était un truc cérébral. Précision, anticipation, sont des qualités toutes aussi importantes lors d’un combat. Tout n’est que coups et patience. Tout n’est que manipulation et instinct. Il suffit de se lancer, et la machine se met en route, elle s’emballe, elle devient puissante.
Bon, par contre, ce n’étais pas l’alcool qui allait nous aider.
Le temps qu’il choisisse une queue et qu’il se prépare à jouer, j’eus tout le temps du monde pour finir ma bière. Finalement, il rentra une boule rayée. Eh bien, c’est pas trop tôt. Le petit ne se sent plus pisser et propose un petit enjeu pour la partie. - Si tu veux, tant que tu ne vides pas le bar. Ou si, vide-le, et prépare les billets ! De toute façon, c’était à mon tour. Puis le sien, puis le mien. Encore et encore, jusqu’à ce qu’on fasse disparaitre toutes les boules du tapis. Encore. Et encore. Pour l’instant, je me concentrais. Je m’apprêtais à jouer quand Keith m’interrompis encore. Je remarquais donc le grand costaud qui semblait fixer Keith et … je compris pourquoi. Mais il ne le fixait pas du tout pour les raisons qu’il avait évoqué. Un large sourire apparut sur mon visage, je me redressais - abandonnant totalement le jeu pour quelques instants – et levais un verre à côté de moi à l’attention de l’armoire à glace. Il y avait trop de bruit pour qu’il ait eu une chance d’entendre Keith, ou même moi si jamais je tentais de lui adresser un mot.
- Je te présente mon entraîneur de rugby. Et … il fait toujours cette tête, crois-moi. Du coup, je joue comme un pied mon coup, réussissant simplement à aligner la blanche avec quelques pleines, et à placer quelques rayées dans des coins impossibles de la table. C’était donc à Keith de jouer. Qui fait rentrer une rayée, suivie de la blanche. Je récupère cette dernière et la repose sur le billard.
Je réussis à envoyer une pleine, puis une seconde dans les poches avant de laisser mon tour à Keith, après avoir frappé une rayée. Mais, même tout le long de mon coup, il me semblait que Keith était … ailleurs. Pas vraiment concentré – ou plutôt, il avait l’air dans le vague. Il ne réagit pas lorsque je frappais la rayée, donc je me permis : Keith … à toi. Et t’occupes, le coach ne te fera rien … Même si je supposais que ce n’était pas le coach qui lui faisait peur. La facture, peut-être ? La tournure que prenait le jeu ? Il était encore trop tôt pour en décider. Au pire, ça me ferait gagner.



Et rappelez-vous toujours
qu’un sourire coûte
moins cher qu’une balle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ouroboros. (Keith)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ouroboros. (Keith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Another study time with you {PV Keith}
» Randal Keith Orton.
» KEITH PARKINSON
» August Raffaelo Luttazzi ► Keith Powers
» Bibliographie batailles / soldats / art

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♚ This is Africa :: JEFFREY'S BAY :: Downtown :: Ozone coffee-